Directeur du Conservatoire et Président de l'APEECODA

CONSERVATOIRE ET ASSOCIATION DES PARENTS D’ÉLÈVES… UNE COLLABORATION À L’UNISSON

Après trois années de reconstruction, l’APEECODA (Association des parents d’élèves du Conservatoire de l’Agglo du Pays de Dreux) se remet en route ! Découvrez l’interview croisée de Yves Gadioux-Chew, président de l’association, et de Lionel Wartelle, directeur du Conservatoire.   

Qu’est-ce que l’APEECODA ? 

Yves Gadioux-Chew : L’APEECODA est une association formée par les parents d’élèves. Elle représente les familles adhérentes auprès de la direction et permet de développer des actions culturelles complémentaires aux activités du Conservatoire. 
Lionel Wartelle : C’est un organe indispensable à la vie du Conservatoire. Elle aide à faire le lien avec les familles et à créer des moments de partage. C’est une très bonne chose qu’elle reprenne vie officiellement après ces trois années compliquées, dues au Covid comme au changement de présidence et à la transition qui l’accompagne.  

En quoi est-elle essentielle ? 

Y. G.-C. : Nous avons trois missions principales. Tout d’abord, faciliter la vie des parents d’élèves, notamment les nouveaux. Ensuite, amener de la convivialité : en participant aux différents projets du Conservatoire et en étant porteur d’autres projets. Enfin, lors d’événements de grande envergure, être un support logistique pour qu’élèves et professeurs puissent se concentrer sur leur performance, en minimisant le stress lié à l’organisation. On essaie de rendre le moment agréable et confortable.
L. W. : Ce sont des points très importants que souligne Yves. C’est également valable pour les artistes professionnels. Pour quelqu’un qui joue ou qui danse, les moments « avant » et « après » doivent se faire dans une ambiance positive. Il faut qu’on se sente encouragé avant de monter sur scène. Et, après, être dans l’échange et le partage, ne pas se retrouver seul. L’APEECODA permet de le faire, et le fait très bien ! 

Comment cette aide se traduit-elle ? 

L. W. : Pendant le spectacle de fin d’année à l’Atelier à Spectacle, on est dans des conditions professionnelles. Il y a un régisseur, un accès au plateau bordé, il faut être silencieux en coulisses, etc. Les professeurs ne peuvent pas s’occuper en même temps de gérer leurs élèves, ceux des autres, l’ordre de passage … tout ce que le public ne voit pas. Et, pour tout ça, l’aide des parents d’élèves est vraiment la bienvenue.
Y. G.-C. : On vérifie également que tout le monde a les moyens de venir aux événements. On organise du covoiturage, on prévoit un pot convivial avec quelques boissons. Le but : dépasser la simple performance artistique pour en faire de vrais moments de partage.   

Quelles sont les autres actions de l’association ? 

L. W. : Nous agissons de concert, sans mauvais jeu de mots ! (Rires). Des conseils d’établissement se tiennent chaque année. C’est l’occasion de pointer ce qui fonctionne ou non, et de définir ensemble des solutions d’amélioration. Pour nous, c’est important de savoir qui est impacté et de quelle façon par les actions du Conservatoire. Cela implique les élèves et les professeurs, mais aussi les parents, les grands-parents, etc.
Y. G.-C. : On a également des projets comme l’organisation de sorties culturelles. Il y a quelques années, nous avons emmené les élèves disponibles à l’Opéra de Paris dans le cadre du centenaire du Sacre du Printemps de Stravinsky. Nous essayons de faire ce qui est compliqué à organiser pour le Conservatoire. Les parents peuvent emmener leurs enfants sans contraintes particulières d’assurance ou de responsabilité, ce qui n’est pas le cas d’un professeur.
L. W. : Et c’est pourtant crucial pour les élèves. Il s’agit de l’école du spectateur : il est important que les élèves puissent entendre de « vrais » musiciens, voir de « vrais » danseurs ou comédiens. C’est le spectacle vivant ! Nous pouvons aider financièrement pour acheter les places. 

L’association peut-elle être réellement représentative des parents d’élèves ? 

Y. G.-C. : C’est une chose qu’il faut créer, en recrutant notamment des adhésions. D’un point de vue légal, l’association ne peut représenter que ses propres membres. On essaie donc de récolter un maximum d’adhésions pour être représentatif du plus grand nombre d’élèves possible. Par ailleurs, les échanges informels sont cruciaux pour échanger sur ce qui va bien et sur ce qu’il y a à améliorer.
L. W. : De notre côté, au Conservatoire, on a les moyens de faire le relais entre les élèves et l’association lorsque celle-ci a besoin de communiquer auprès de l’ensemble des parents. Pour nous aussi, c’est important : l’association peut participer aux instances, collaborer aux projets et à la vie du Conservatoire. Nous sommes une école, pas une addition de cours privés. Nous formons un ensemble qui va au-delà des élèves et des professeurs. C’est donc une très bonne chose que l’APEECODA revienne officiellement sur le devant de la scène !

POUR ADHÉRER À L’ASSOCIATION
Adhésion annuelle.
Tarif unique : 5 € par foyer (Quel que soit le nombre de personnes du foyer inscrites au Conservatoire).
Adhésion possible tout au long de l’année. 

Contact 
apeecoda28@gmail.com 
Retrouvez l’APEECODA sur Facebook en cliquant ici !